Après vingt ans de maison, Thierry Delavaud, manager à l’agence Commerciale Centre Ouest, a donné un nouveau tournant à sa carrière en rejoignant le 574 de Nantes. Ce qui lui a plu ? La double ambition du lieu : être à la fois un accélérateur de projets numériques et un lieu de vie ouvert à tous les collaborateurs du Groupe ferroviaire.

Le coup d’envoi est donné début 2015, quelques jours avant le lancement de #DIGITALSNCF par Yves Tyrode, Directeur Digital et Communication de l’époque. « _On est parti d’une feuille blanche, avec la conviction qu’il y avait vraiment quelque chose de nouveau à créer_ », se souvient Thierry Delavaud.

Installer une « maison du digital »

Monter une telle structure n’a rien de trivial : comment s’organiser pour développer la culture digitale et les usages associés à l’échelle d’un groupe, tout en justifiant d’une vraie production et de résultats tangibles ? « _Nous sommes là pour décloisonner, pour améliorer la collaboration entre les métiers. Il faut donc sans cesse rappeler aux collaborateurs que ce lieu est le leur et les amener à se côtoyer ou à participer à des ateliers. Les projets naissent du terrain_», résume le responsable.

À Nantes, cette nouvelle « maison du digital » est organisée autour de deux espaces : Effervescence, dédié à l’échange et à la création, et Prototypage, où les idées se concrétisent. Le 574 est installé au rdc de la DSI (Direction des Systèmes d’Information) Voyageurs et non loin de VSC-Technologies, la filiale logiciels de Voyages-SNCF.com. Si bien entouré, il était presque naturel que le savoir-faire se développe autour des problématiques d’applications, de design et de service

574_nantes ©Yann Audic

De quel projet nantais Thierry Delavaud est-il le plus fier ? Il ne revendique aucune préférence, mais se réjouit du succès rencontré par Défi-Sécu. Conçue par l’équipe Innovation de la DSI, cette application mobile permet aux contrôleurs de réviser les règles de sécurité ferroviaire.

Ludique, elle est adaptée à la cible, puisque les agents concernés sont équipés de smartphones. « _Un travail mené en mettant l’utilisateur au centre_ » . se souvient Thierry Delavaud. La suite appartient désormais à d’autres Directions, mais il espère que le projet, fort du bon accueil reçu en Pays de la Loire, sera développé à plus grande échelle. 

Le royaume du « touche-à-tout »

Comment fait-on vivre un 574 au quotidien ? « _Logistique, communication, mise en relation, planification, ce ne sont pas les sujets qui manquent ! Aujourd’hui par exemple, je vais rencontrer un DET (_Directeur d’Etablissement_) pour voir ce qu’on pourrait faire ensemble. Après, je rejoins l’équipe pour travailler sur l’intrapreunariat_, illustre le responsable du lieu. Pas le choix : « _il faut devenir un touche-à-tout_ » !

thierry_delavaud_574_ ©yannaudic

 « _Ces prochains jours, nous allons expérimenter une nouvelle offre pensée pour démocratiser l’usage des outils collaboratifs_ », raconte-t-il encore. Avec quelle philosophie ? « _J’ai envie que ceux qui viennent travailler chez nous vivent une expérience différente de ce dont ils ont l’habitude, une expérience plaisante. En fait, c’est dur à dire mais il faut qu’ils soient tristes de repartir : c’est signe qu’on aura réussi !_ ». 

thierry_delavaud_574_ ©yannaudic

Enjeu numéro un : susciter l’adhésion

La feuille de route semble déjà bien remplie, avec des projets inédits en développement et l’ouverture d’une vingtaine de nouveaux postes de travail. Entre deux rendez-vous, Thierry Delavaud planche aussi à la préparation de l’événement Web2Day, grand évènement du numérique à Nantes. Il réfléchit également à la meilleure façon de prolonger le partenariat déjà conclu avec l’école de Design Nantes Atlantique, qui a donné récemment lieu à quatre jours de formation au design thinking dans les locaux du 574.

 Pour conclure ? Thierry Delavaud est prêt à se retrousser les manches, sans perdre le cap de vue : « _Le vrai challenge, c’est de consolider ce qui fait l’esprit du lieu, cette volonté d’impulser l’innovation et de faire adhérer tous les collaborateurs à ce qu’implique la transformation digitale_ ».