Lancé en 2014, le programme Osmoze (Outils Sécurité Modernes et Opérationnels en Zone Exploitée) englobe différents projets qui visent à renforcer la sécurité sur les chantiers et améliorer l’efficacité des différentes opérations de production. Une partie de la réflexion porte sur un nouvel Outillage de Sécurité Intelligent qui devrait à terme remplacer sur les voies la barre de shunt (coupe-circuit) et les signaux d’arrêt à main (SAM) traditionnels.

Pour préparer un chantier, les agents doivent aujourd’hui venir à l’avance sur les voies pour installer et allumer les équipements de part et d’autre de la zone d’intervention. Organisées par téléphone ou par écrit, ces allées et venues sont chronophages et ralentissent la production.

Des outils de sécurité connectés déclenchés à distance

« L’idée d’OSI est de poser les équipements en avance de phase et de ne les allumer qu’en cas de besoin. Cette dimension connectée offre un réel gain de temps, ainsi que de vrais progrès en termes de sécurité puisque l’on peut voir l’état du chantier à distance », explique Jonathan Machado.

Le projet a fait l’objet d’un essai sur le terrain sous l’égide de l’établissement Bourgogne Franche-Comté, à partir d’un équipement connecté fourni par la société hollandaise Dual Inventive. Ce POC (proof of concept) a permis de valider les contours du programme. Il constitue également un retour d’expérience riche d’enseignements pour la Fab IoT, chargée des problématiques d’intégration du nouvel outil aux process SNCF.

osmose

Accompagner les métiers et créer les passerelles

« Notre rôle est d’accompagner les métiers. D’abord, en identifiant avec précision leurs besoins, puis en développant l’applicatif qui va permettre de piloter ces objets connectés au quotidien », précise le chef de projet.

La Fab IoT collabore également à Contrôle Mobile Travaux (CMT), dédié à la géolocalisation des engins roulants. Elle participe enfin à la définition des interfaces techniques qui relieront les différents projets du programme Osmoze. L’objectif est de faire circuler l’information au sein du SI, pour que demain la préparation des contrats travaux ou les demandes de fermeture de voie soient véritablement « connectées » au terrain.

Ambition affichée ? « Osmoze devrait permettre de réduire le temps de procédure de 40% sur chaque chantier, ce qui représente une économie de 50 millions d’euros par an », indiquait en mai dernier Frédéric du Manoir, directeur du programme.