Le 1er décembre 2020, le 574 Sud faisait sa cérémonie d’ouverture en ligne et devenait donc le sixième lieu du réseau des maisons régionales numériques. L’idée de ce lieu est simple : créer un espace d’échange entre les acteurs SNCF de terrain, les spécialistes du numérique, et l’écosystème local d’entreprises innovantes afin d’accélérer la transformation technologique de SNCF.

Déclinaison physique du pilier Internet industriel de la transformation numérique SNCF, les 574 tirent leur nom du record mondial de vitesse sur rail. La maison de Marseille, le 574 Sud, s’étale sur 750 m² dans la friche industrielle de la Belle de Mai, à deux pas de la Gare Saint-Charles. Le lieu comprend un espace de coworking pour 55 personnes (55% pour les utilisateurs internes, 45% pour les externes), une salle évènementielle de 70 places, une salle de formation pour 30 personnes, trois salles de réunion pour petits groupes, trois isoloirs, un BIM (Building Information Modeling) lab -nouvelle corde technologique que déploie SNCF Réseau -, et bien évidemment de quoi travailler à distance avec notamment un réseau sans fil très haut débit.

Innover pour se démarquer

Après s’être implanté à Saint-Denis, Lille, Nantes, Lyon et Toulouse, pourquoi avoir choisi Marseille pour le 574 Sud ? Cela repose sur trois raisons : tout d’abord, « il existe un riche écosystème de transformation numérique à Marseille, notamment grâce à la French Tech Marseille« , explique Dominique Damide, responsable du 574 de Lyon, et désormais en co-responsabilité au 574 Sud avec Annick Labat, responsable territoriale sur la région pour la direction Numérique SNCF Réseau. Toutes les maisons du numérique fonctionnent en osmose avec des carrefours d’innovation locaux, comme l’IoT Valley à Toulouse et la Cité des objets connectés à Angers.

Il s’agit aussi d’avoir identifié des besoins de transformation numérique en interne, et notamment des projets à accompagner. A titre d’exemple, Emi’sphère, l’un des derniers projets réalisés, illustre bien ce levier de transformation en interne : « nos agents des EMI (Equipes Mobiles d’intervention) de TER Région Sud ont lancé en septembre 2019 l’application EMI’SPHERE, qui permet de numériser et de centraliser les informations et remontées d’agents sur le terrain » explique Sarah Boschetti, de TER Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. Enfin, l’implantation à Marseille permettra à SNCF d’ajouter l’atout de l’innovation numérique pour se démarquer lors de l’ouverture à la concurrence des lignes TER de la région.

574 Sud Marseille SNCF

Concrètement, un 574 a trois missions : regrouper des projets numériques, au niveau local et national ; faire embarquer les agents dans la transformation numérique, notamment avec des formations, et interagir avec l’écosystème d’entreprises et de start-ups autour de l’innovation technologique. À Marseille, cela se traduira en conférences, hackathon, formations, et en initiatives qui pourraient être reproduites ailleurs tel que le lancement d’un Smart challenge avec un appel à projets pour les start-ups, ou encore l’implantation par la direction Numérique de SNCF Réseau d’un Immersive studio permettant la création de contenu en réalité augmentée et virtuelle.

Le 574 Sud a été co-financé par e.SNCF (50%), SNCF Réseau (40%), Gares&Connexions Grand Sud et TER Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur à hauteur de 5% chacune. Ce qui est une première pour ce type de structure. La gouvernance du 574 Sud est elle aussi inter-SA.

L’équipe du 574 Sud :

Annick Labat, co-responsable 574 Sud – direction Numérique, SNCF Réseau

Dominique Damide co-responsable 574 Sud – Animation – direction du Numérique, SNCF

Mathilde Aussedat Programmation / Animation – direction Numérique, SNCF Réseau

Nicolas Sonntag, Facility manager – Animation – direction du Numérique, SNCF

Yumi Moussa, Communication digitale – Animation – direction du Numérique, SNCF

Sarah Boschetti, Communication –TER Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur

Yannick Porticato, Gares & Connexions Grand Sud