Aller au contenu

Gare du futur : ce que prévoit SNCF Gares & Connexions à l’horizon 2023

Construite sur les dernières technologies en matière d’objets connectés et de bâtiments intelligents, la gare connectée se concrétise à grande vitesse chez SNCF Gares & Connexions. Le principe : connecter les équipements  prioritaires, surveiller la consommation énergétique, le bon fonctionnement des appareils automatiques, et épauler les agents sur le terrain pour atteindre une disponibilité maximale de la gare pour les usagers. Tour d’horizon du panoptique numérique de la gare du futur.

Publié le

Par La Redaction

smart-station

Imaginez une pièce dans laquelle il serait possible de faire apparaître un hologramme représentant un bâtiment orné de points lumineux indiquant les équipements connectés au mainframe. Un outil où d’un geste de la main, un agent a la possibilité de faire pivoter le plan, l’agrandir, afficher les données de température de la salle des serveurs ou encore, de redémarrer un escalator en panne.

Si cette scène s’apparente encore à de la science-fiction, les briques technologiques qui la composent existent déjà pour la plupart. La première version SNCF Gares & Connexions s’appelle Smart Station, et permet déjà d’afficher un plan 3D sur lequel sont représentés les équipements  prioritaires d’une gare (portes automatiques, température de la salle serveur, etc.), et ceux nécessaires au bon accueil des voyageurs, comme les escalators et les ascenseurs.

Une meilleure maintenance des gares

L’idée est de permettre une télésurveillance accrue de ces équipements, tout en favorisant un circuit de maintenance le plus court possible. « Grâce aux capteurs installés par notre partenaire Engie Solutions depuis 2020, nous progressons vers une maintenance prédictive de certains équipements » détaille Eric Tardiveau, directeur des projets Facility Management chez SNCF Gares & Connexions. À moyen terme, la solution Smart Station pourrait également servir à gérer à distance les gares à ouverture programmées, des petites stations sans personnel permanent. Il pourrait aussi être possible d’informer à l’avance les voyageurs en transit d’une gare à une autre, de l’indisponibilité d’un ascenseur ou équipement, par exemple.

Le passage à la gare intelligente repose sur deux piliers : une technologie davantage connectée et intégrée, et une formation accrue des agents sur le terrain. « Il y a une transformation du geste métier », explique Eric Tardiveau. Les agents du groupe SNCF chargés de l’exploitation des gares effectuent désormais des « parcours clients » en se plaçant d’un point de vue voyageur afin de vérifier que leurs parcours peuvent s’effectuer correctement. Aussi, les agents chargés de la maintenance des équipements ont désormais accès au plan 3D et augmenté de l’emplacement des capteurs sur leur smartphone. Enfin, des energy managers surveillent la consommation des fluides (électricité, gaz…) afin d’atteindre une sobriété maximale en gare.

 

Une vision d’ensemble des équipements

Le plan 3D de chaque gare supervisée sert, pour l’instant, aux agents à se repérer par rapport aux capteurs installés sur les équipements prioritaires, et les renseignent sur leur état. Par exemple, un capteur va leur indiquer un dysfonctionnement sur l’une des portes automatiques d’entrée de la gare, en précisant la porte concernée sur le plan. Au-delà de cet usage de terrain, le coffret Smart Station et son automate envoient les données des capteurs vers un cloud référencé où elles seront traitées pour apparaître dans la supervision puis versées dans un data lake. Ainsi, leur traitement pourra générer de nouveaux cas d’usages au fur et à mesure du déploiement des capteurs par Engie Solutions.

603

gare équipées actuellement

700

gares supervisées en 2023

220

superviseurs Smart Station formés pour 2023

Partenariats et évolution du dispositif

En plus du partenariat avec Engie Solutions, le projet Smart Station est le résultat d’une collaboration entre SNCF Gares & Connexions accompagnée par le cabinet Wavestone, les acteurs nationaux et territoriaux en exploitation et maintenance, SNCF Réseau,  la filiale ITNOVEM, et toutes les équipes mobilisées pour la gestion des 800 000 données collectées par les capteurs chaque année.

Tags associés à cet article :

Samer EL KALAMOUNI, 12/08/2022

Super idée Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Samer EL KALAMOUNI, 12/08/2022

Super idée Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Damien DELAUNE, 12/13/2022

L’idée est très intéressante, hâte de voir l’installation tourner à 100%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

S'enregistrer et se connecter

Recommandé pour vous